Le myocarde !

illus-anatomie-coeur

Le myocarde, ou muscle cardiaque, est un des muscles striés du corps humain.

Il est cependant assez original puisqu’il se contracte de manière rythmique et involontaire (à l’inverse des muscles striés squelettiques).

Le myocarde est composé de cellules musculaires cardiaques spécialisées, les cardiomyocytes, qui sont incapables de rester contractées de façon prolongée.

Anatomie…

La paroi du cœur est constituée de trois tuniques qui sont (de l’extérieur vers l’intérieur) :

  • L’épicarde correspondant à la lame (viscérale) du péricarde séreux le plus souvent infiltré de graisse essentiellement chez les personnes âgées.
  • Le myocarde (littéralement «muscle du coeur») correspond à la tunique intermédiaire. Il est constitué essentiellement de cellules musculaires cardiaques et correspond à la masse cardiaque pour l’essentiel. Cette tunique possède la capacité de se contracter.
  • L’endocarde (littéralement « intérieur du coeur »est un endothélium (couche de cellules recouvrant l’intérieur d’un corps creux) d’une coloration blanche, brillant et constitué d’une mince couche de tissu conjonctif élastique. L’endocarde tapisse l’intérieur des cavités cardiaques et recouvre les valves cardiaques. Cet endocarde est en continuité avec l’endothélium des vaisseaux sanguins qui arrivent au niveau du coeur. La caractéristique principale de l’endocarde et sa constitution parfaitement lisse diminuant ainsi les frictions du sang contre les parois du cœur.

Physiologie…

Le myocarde est composé avant tout de cellules musculaires cardiaques. Cette tunique qui est dotée de la capacité de se contracter est constituée de cellules ramifiées rattachées par des fibres de tissu conjonctif (variété de protéines servant de remplissage et de soutien de l’organisme) enchevêtrées. L’ensemble constitue des écharpes de faisceaux enroulés en forme de spirale qui s’entrelace et qui relie toutes les parties du cœur entre elles.

Une autre variété de tissu conjonctif, constitué de fibres de collagène et de fibres élastiques, compose un réseau moins élastique qui représente le squelette fibreux du coeur. Le rôle de ce squelette fibreux est de renforcer et d’épaissir le myocarde dans certaines zones du coeur, plus particulièrement au niveau des anneaux ou ce tissu soutient les zones où sortent les gros vaisseaux (émergence vasculaire). Cette variété du tissu est également présent au niveau des valves de façon à empêcher que celles-ci ne se dilatent (s’étire) un peu trop à cause de la pression que le sang exerce de façon continue à ce niveau.

Le dernier rôle du tissu conjonctif et de restreindre voir d’empêcher la propagation des influx nerveux ordonnant la contraction du muscle cardiaque qui est obtenu par l’intermédiaire du tissu nodal, dans les zones du coeur qui ne doivent pas se contracter, zones se caractérisant par l’absence de tissu nodal.

Le rôle du myocarde est d’assurer la vidange et le remplissage des cavités cardiaques (oreillettes et ventricules) grâce à sa contractilité et à son élasticité. De cette façon le myocarde assure également la circulation sanguine.

Quand on examine une parcelle de myocarde au microscope on constate que chaque cellule myocardique est entourée d’une membrane qui limite le sarcoplasme c’est-à-dire la substance fluide figurant à l’intérieur des cellules musculaires. Ces cellules myocardiques qui sont connectées entre elles contiennent des petites fibres, plus exactement des myofibrilles constituées de myofilaments c’est-à-dire de filaments musculaires épais. Il s’agit des filaments de myosine qui sont imbriqués dans les myofilaments d’actine.

Au moment de la contraction, les myofilaments coulissent les uns par rapport aux autres et lors de la décontraction c’est le phénomène inverse qui se produit. Le carburant de cette contraction-décontraction est le calcium.

La contractilité est dépendante de nombreux paramètres. Si un seul des paramètres cités ci-après varie, la fonction de la pompe cardiaque est modifiée.

  • La pression dans une cavité ventriculaire en amont
  • La résistance vasculaire à l’écoulement du sang en aval
  • L’apport en oxygène (par l’intermédiaire des artères coronaires)
  • La fréquence cardiaque
  • La stimulation du système nerveux autonome

Les fibres musculaires constituant le myocarde sont en plus grand nombre dans le ventricule gauche que dans le ventricule droit. Ce nombre est également plus élevé dans les ventricules que dans les oreillettes.

Au moment de la systole ventriculaire (des ventricules) c’est-à-dire de la contraction des ventricules on constate un raccourcissement des fibres constituant les ventricules ce qui a pour effet de diminuer le volume de la cavité, augmentant d’autant la pression à l’intérieur de cette cavité.

Cette diminution brutale de volume chasse le sang des ventricules (les deux tiers du volume de sang).
Au moment de la diastole ventriculaire (des ventricules) correspondant au relâchement des ventricules, on assiste à l’étirement des fibres ce qui augmente le volume des cavités. Cette augmentation des ventricules permet d’accueillir le sang en provenance des oreillettes.

Sous haute surveillance…

Le cœur est essentiellement un muscle, appelé myocarde, dont les contractions permettent de faire circuler le sang dans le corps. L’infarctus du myocarde, ou « crise cardiaque », correspond à la destruction d’une partie du muscle cardiaque quand celui-ci n’est plus suffisamment approvisionné en oxygène, par exemple lorsqu’une ou plusieurs des artères qui irriguent le cœur (les artères coronaires) se bouchent ou diminuent brutalement de diamètre. Ceci se produit lorsqu’un fragment de plaque de graisses (athérome) se détache de la paroi interne d’un vaisseau sanguin et vient obstruer une artère coronaire. Un caillot sanguin se forme alors, ce qui aggrave la mauvaise irrigation du muscle du cœur.

Les cellules du myocarde privées d’oxygène meurent et la zone concernée, plus ou moins étendue, ne parvient plus à se contracter correctement. Comme la mort des cellules musculaires intervient dans un délai d’environ quatre heures après le début de l’infarctus, l’infarctus du myocarde est une urgence médicale qui requiert TOUJOURS d’appeler le SAMU (15 ou 112).

anim_coeurUne douleur dans la poitrine est le symptôme

le plus caractéristique de l’infarctus du myocarde

cette douleur « en étau » dure plus de 20 à 30 minutes.

Elle irradie derrière le sternum, dans le dos, les épaules, la mâchoire, ainsi que dans le bras gauche.

D’autres symptômes sont possibles : anxiété, sueurs, vertiges, essoufflement, par exemple.

Plus rarement, certains infarctus peuvent passer inaperçus et sont découverts

à l’occasion d’un électrocardiogramme pratiqué lors d’un bilan de santé.