Les filières énergétiques…

header_content_small_rennrad-men.png

Pour fournir un travail, les muscles de notre corps ont besoin d’énergie. Celle-ci peut, selon le type d’effort, être puisée à plusieurs sources. Le développement des facultés de transport et d’utilisation de ces diverses sources d’énergie va constituer un des buts de l’entraînement sportif.

On dénombre trois types de filières énergétiques (on entend par filière, un mode d’utilisation de l’énergie permettant la contraction musculaire par les cellules, qui entre en jeu dans la contraction musculaire ; il existe 3 modes d’utilisation de l’énergie) qui se distinguent :

1. Par l’intervention ou non de l’oxygène

2. Par la présence ou l’absence d’acide lactique

Durant les réactions chimiques qui permettent au muscle de travailler, l’organisme ne passe pas immédiatement d’un type d’énergie à un autre, il y a chevauchement des filières, même pour un effort régulier.

Lorsque l’organisme se met en activité, la réaction qui permet de fournir de l’énergie se déroule en l’absence d’oxygène et sans formation d’acide lactique.

Pour ces raisons, on appelle cette filière : ANAÉROBIE ALACTIQUE ( A : sans, Aérobie : qui a besoin d’air pour vivre ; A : sans, Lactique : Acide Lactique).

Durant l’activité, le type de réaction se modifie progressivement en une nouvelle réaction qui produit un déchet toxique pour l’organisme : l’acide lactique (en réalité de nombreux déchets toxiques de différents types « les métabolites du fonctionnement musculaire »).

Cette transition se produit selon les individus autour de 10 ou de 15 secondes d’effort. Cette filière est appelée : ANAÉROBIE LACTIQUE (A : sans, Aérobie : oxygène, Lactique : avec présence d’Acide Lactique).

Si l’activité est poursuivie au delà de ces 10-15 secondes, l’organisme fait parvenir de l’oxygène aux muscles (qui permet le rejet de l’acide lactique, oxydée sous forme d’eau et de gaz carbonique), ceci empêche la formation importante et l’accumulation de l’acide lactique.

Cette nouvelle transition se produit entre 90 et 180 secondes de travail. Cette filière est appelée AÉROBIE de par la participation de l’oxygène à la réaction.

 

LE TYPE DE SPORT PRATIQUE, AINSI QUE LA DURÉE DU TEMPS D’EFFORT DÉVELOPPERA
D’UNE FAÇON PRIVILÉGIÉE UNE OU PLUSIEURS FILIÈRES.

 

Durée de l’effort Intensité Filière principale
0 à 7 secondes PUISSANCE ANAÉROBIE ALACTIQUE
7 à 15 secondes CAPACITÉ
15 à 45 secondes PUISSANCE ANAÉROBIE LACTIQUE
45 à 120 secondes CAPACITÉ
2 à 6 minutes PUISSANCE AÉROBIE
Au delà de 6 minutes CAPACITÉ

 

Puissance : maximum de débit de la filière énergétique en temps minimum

Capacité : possibilité de tenir le débit le plus longtemps possible

Les valeurs indiquées ne sont que des approximations qui peuvent varier considérablement d’un individu à l’autre, et même chez un même individu en fonction de l’entraînement. D’autre part, pour une durée d’effort qui laisse penser que l’on fait travailler une certaine filière, d’autres peuvent être sollicitées momentanément : par exemple une accélération courte durant un effort de longue durée

53678

LE TRAVAIL EXCLUSIF

D’UNE FILIÈRE ÉNERGÉTIQUE

EST DÉCONSEILLER

Les pages qui suivent ont comme objectif de donner quelques indications ; celles-ci seront utiles en fonction de l’orientation que l’on souhaite prendre :

  • d’une part, durant la séance pour développer telle ou telle filière ;
  • d’autre part, durant une séquence (une ou plusieurs séances) pour construire une continuité et un enchaînement logique (toujours dans l’intention de développer une filière choisie).