Une question d’attitude !

10675589_10152548592996872_1732008085685143529_n

Les champions font bien plus que gagner. Pour vous conduire comme un champion dans votre vie, que vous soyez un athlète, un chercheur ou un contrôleur aérien, il vous faudra acquérir l’attitude et travailler dur en plus d’avoir des capacités naturelles.

 

État d’Esprit de compétiteur

C’est trop simpliste de dire qu’un tel ou un tel à l’esprit de compétition, et réciproquement. On ne naît pas compétiteur, on le devient ! On le devient quand on s’aperçoit qu’on peut gagner ! L’esprit de compétition est une conséquence ! A partir du moment, où vous vous trouvez compétent que vous sentez que vous êtes capable de gagner, à ce moment là seulement naît l’esprit de compétition. L’objectif est donc de se mettre dans les meilleures conditions pour gagner. Il faut donc d’abord optimiser votre potentiel ! Pour développer un esprit de gagneur, cela demande un travail sur soi de tous les jours.

Développer un esprit de compétiteur

Pour cela, il faut avoir un minimum de connaissance technique, un minimum de pouvoir d’observation, d’analyse, de réflexion, de prise de décision pour espérer un jour devenir un « tueur » dès que le départ sera donné. Il faut chercher à battre à tout prix son adversaire, mais tout en le respectant, et en restant dans la logique interne de sa discipline. Dans une course, vous devez libérer vos instincts, ne pas être passif, il faut oser et entreprendre. Les exploits en course sont souvent nés d’une générosité sans calcul. Si vous attaquez dans le peloton, vous dérangez et vous pouvez faire l’unanimité contre vous. Mais quand les autres attaqueront, ils ne vous demanderont pas votre avis. Faites votre course, vous ne leur devez rien. Il faut savoir sacrifier des courses pour apprendre à se connaître, pour chercher et repousser ses limites. En développant vos qualités physiques et en analysant vos erreurs, vous gagnerez vous aussi des courses plus tard. Vous allez côtoyer des anciens dans le peloton, ne soyez pas complexé. Ils étaient comme vous à leurs débuts. Quand on n’est pas le plus fort, il faut être le plus malin. Dans une course, n’abandonnez jamais, sauf cas de force majeur.

Développer des attitudes en compétition

Un vrai coureur court le plus souvent en tête du peloton, car les échappés partent de devant. Jamais … de l’arrière. Si vous ne voulez pas  » louper  » la bonne échappée… vous n’avez qu’à être celui qui la provoque. vous pouvez démarrer 20 fois et connaître l’échec, ou une seule fois et être dans le  » bon coup « . Vous pouvez attaquer dans les côtes sans résultat, ou faire la différence dans une descente. L’essentiel en fait, c’est d’entreprendre durant la course selon les circonstances. C’est là où le coureur est vrai.

Analyser sa compétition

Une fois l’arrivée passée, il faut soit savourer sa victoire, soit analyser son échec. Car tout ce qui n’est pas victoire doit être considérer comme un échec ! Quand on prend le départ d’une compétition dont on en a fait un objectif, c’est toujours pour chercher à la gagner. Il ne faut en aucun cas en vouloir aux autres de sa contre performance quand il y a eu échec. Il faut tout simplement prendre du recul et chercher à comprendre pourquoi on n’a pas gagné, car on en est le seul responsable. La mal chance n’existe pas ! Si vous avez eu une crevaison, c’est que vous n’avez pas suffisamment décodé la route. Si vous êtes tombés, c’est que vous n’étiez pas placé au bon endroit. C’est tout simplement que vous n’avez pas su vous adapter à la situation nouvelle qui vous a été proposée. Et puis c’est par l’analyse de son passé et de l’échec, que l’on apprend à construire son avenir et la future victoire. Un rien peu venir gâcher le plaisir attendu du week-end, un gros rhume vous gênera pour respirer, des kilos superflus vous empêcherons de passer la dernière côte avec les meilleurs, des soucis familiaux perturberont votre capacité à bien décoder la course, …

Être Patient

Il ne faut pas nier l’évidence. Les premières années, surtout dans les années Minimes à Juniors, il vous sera difficile de gagner des courses, surtout si vous êtes à maturité physique tardive face aux plus grands qui eux sont généralement des garçons à maturité physique précoce. Votre premier problème, c’est que vous allez grandir plus tard. Vous ne pouvez pas donc rivaliser avec les autres. En début de carrière, on a toujours l’impression de perdre son temps mais dites- vous que vous apprenez un métier. Comme les maçons avant de mettre le toit, vous devez construire de bonnes fondations. Au fil des années, il faut additionner ses gammes. Ne vous démotivez pas, battez-vous, apprenez votre métier avec patience et persévérance. Faites feu de tout bois pour faire des bons classements. Il n’y a pas de honte à se battre pour une 30ème place. Après 18 ans, les différences dues à la croissance s’estomperont, vous aller enfin pouvoir laisser exprimer tout votre potentiel physique mais aussi toute votre expérience.

Étudier le dossier technique de sa compétition

La veille d’une course, il faut bien étudier le parcours, noter les difficultés, les détails techniques de l’arrivée, imaginer sa stratégie,… Vous ne serez ainsi jamais pris au dépourvu.

Être Eco-Responsable

Aujourd’hui, nous n’avons plus le droit de faire n’importe quoi, nous ne pouvons pas ignorer les règles élémentaires quand à la protection de l’environnement.

Ne pas jeter les papiers sur la voie publique : Vous ne devez pas jeter sur la voie publique les papiers et autres détritus de votre ravitaillement. Vous devez mettre dans votre poche de votre maillot les papiers des barres de céréales et les tubes énergétiques !

Faire du Covoiturage : Vous devez vous efforcez de faire du covoiturage pour vous rendre sur les compétitions. Une seule voiture qui roule, c’est toujours mieux que deux !

Éteindre les lumières : Vous devez vous efforcez d’éteindre la lumière quand vous quittez l’une des pièces de vos lieux d’hébergement. La veille de lumière inutile peut représenter jusqu’à 10 % de la facture d’électricité d’un ménage français.

Valoriser son Image

En compétition, à l’entraînement, et dans la vie, sois à la hauteur de la confiance qui t’a été accordée. Aujourd’hui vous devez faire attention à votre image, vous êtes observé.

Faire attention à son image

Ce qui différencie un grand champion et un bon coureur, ce n’est pas uniquement dans la compétition, mais aussi et surtout ce qui est en dehors de celle-ci. Ne donnez pas de vous même et du sport cycliste une mauvaise image par un comportement indécent. Quand tu as débuté dans le cyclisme, tu as j’en suis sûr, pris modèle sur un champion car tout te plaisait en lui. Maintenant que tu es connu, n’oublie pas que toi-même tu peux être un exemple pour un jeune qui débute. Sois propre, sois net, sois un exemple en toute circonstance.

Respecter ses partenaires financiers : Il faut faire attention aux publicités que vous portez, vous devez respecter les partenaires propres à votre club ou votre Équipe. Vous n’avez pas à porter d’autres publicités. Que vont dire les partenaires du Club ou de votre Équipe quand ils vont découvrir une photographie où vous ne portez pas la bonne publicité ?

Plus le Champion est grand, plus il est admiré, contemplé, considéré, écouté et copié. Le Champion est un modèle pour les plus jeunes !

Éviter de dire n’importe quoi à n’importe qui

Après une arrivée de course, quelque soit le résultat, surveillez votre langage. Il y a des gens, il y a la presse. Donnez une bonne image de vous même. Il a toujours une personne que vous ne connaissez pas, ou pas bien, qui interprétera et colportera à sa façon se qu’il croit avoir entendu.

Respecter les bénévoles

Sans eux il n’y a pas de vie associative, plus de clubs, plus de comités départementaux et Régionaux et plus de Fédérations. Il faut remercier tous les signaleurs dans les croisements et les organisateurs à chaque fois que vous le pouvez. Tes Dirigeants, les Assistants, les Mécaniciens et les Directeurs Sportifs de ton équipe ne sont pas des  » Larbins « , mais des hommes responsables et qualifiés, amoureux de leur métier, qui travaillent longuement pour le succès du coureur et de l’équipe.