L’aubergine.

aubergine

Allié minceur, anti diabète et beaucoup d’autres, l’aubergine est un très bon allié santé !

L’aubergine est un légume qui possède l’avantage d’être peu calorique tout en contenant de nombreux minéraux. Par ailleurs, en raison de sa faible teneur en sodium, elle convient parfaitement aux personnes qui doivent suivre un régime sans sel (elle est également pauvre en sucres). L’aubergine est également connue pour sa richesse en fibres qui la rend particulièrement digeste. En raison de sa teneur en antioxydants, ce légume contribuerait également à lutter contre l’apparition des maladies de cœur et des cancers.

Allié minceur

L’aubergine riche en fibres permet donc un effet rassasiant par impression de volume, avec un apport énergétique supplémentaire limité et peut ainsi contribuer à la régulation du poids. Aliment pauvre en glucides (3 à 4g de glucides aux 100g, essentiellement des glucides simples, glucose et fructose) l’aubergine peut être consommés librement par les personnes diabétiques. Peu énergétique (18 kcalories aux 100g soit 75 kiloJoules), l’aubergine présente une bonne densité en minéraux (notamment en potassium) et en vitamines (essentiellement hydrosolubles). Son mode de cuisson influence directement sa digestibilité (toujours meilleure lorsque l’aubergine est cuisinée avec peu de matière grasse). Car si l’aubergine est très pauvre en calories elle reste une véritable éponge à gras. L’aubergine contient de la saponine, ce qui empêche en plus l’absorption des graisses et combat la cellulite.

Antioxydant

Composée d’antioxydants naturels comme les vitamines C et E, les séléniums ou encore les caroténoïdes, l’aubergine contribuerait à lutter contre le développement de différents cancers et de certaines maladies cardio-vasculaires. En protégeant les cellules du corps des dommages causés par les radicaux libres, les antioxydants limitent les risques santés liés au vieillissement. Favorisez donc une alimentation riche en antioxydants comme l’aubergine. Des spécialistes en cancérogenèse ont souligné l’importance d’un apport adéquat en fibres provenant non seulement des céréales, mais également des légumes et fruits. Les fibres alimentaires côtoient antioxydants et vitamines, susceptibles ensemble, en jouant sur des cibles différentes, de réduire les risques de maladies chroniques. L’aubergine possède un potentiel antioxydant élevé : avec un indice TAC (de l’anglais Total Antioxidant Capacity – capacité antioxydante totale) de 1 748 umol (micromole) par portion de 69 g, la capacité de l’aubergine à neutraliser les radicaux libres dans l’organisme humain intéresse de près les chercheurs dans leurs luttes contre des maladies cardiovasculaires, de certains cancers et d’autres maladies liées au vieillissement.

Les études préliminaires effectués in vitro ou sur l’animal sont encore très récentes et leurs résultat ne peuvent encore être transposé chez l’homme. Ainsi, un mélange d’antioxydants de l’aubergine étudié in vitro et chez l’animal a obtenu comme résultats une diminution de l’oxydation du « mauvais » cholestérol (LDL)[3] et une diminution de la concentration des lipides sanguins.

Facilite le transit

Consommer de l’aubergine est excellent pour conserver une bonne hygiène intestinale. Les fibres solubles comme les protopectines et les pectines contenues dans l’aubergine accentuent l’activité bactérienne du colon. Ainsi, l’aubergine agit comme un laxatif naturel. Elle aide à lutter contre la constipation et diminue les risques de cancer du côlon. L’aubergine est un légume fruit bien pourvu en fibres, qui est donc particulièrement digeste cuit à la vapeur ou à l’étuvée. Les fibres de l’aubergine sont abondantes : 2,5g aux 100g. Elles sont composées en majeure partie par des protopectines (pectines liées aux parois cellulaires du végétal), et en moindre quantité par des pectines et des celluloses. Toutes sont des fibres solubles. Lors de la cuisson, les protopectines, comme les pectines, acquièrent une consistance moelleuse et tendre. Les fibres solubles comme les protopectines et les pectines de l’aubergine augmentent l’activité bactérienne du côlon. Leur dégradation par les bactéries produit des substances capables de stimuler les contractions de l’intestin, ce qui permet ainsi l’évacuation des selles. Dans l’intestin grêle, les résidus alimentaires s’agglutinent sur les fibres solubles pour être ensuite évacués hors de l’organisme. Dans le côlon, les fibres solubles sont attaquées par les bactéries. Au contact des liquides, ces fibres deviennent visqueuses et favorisent ainsi le glissement des résidus.

Dans le cadre de la prévention du cancer du côlon, le Pr. Goodlad qui a repris l’ensemble des études parues sur le sujet, recommande un régime riche en fibres provenant de l’alimentation, en particulier celles des fruits et des légumes. De telles fibres naturelles sont bénéfiques pour ce qu’elles contiennent, mais aussi pour ce qu’elles ne contiennent pas : des graisses et des calories en excès.

Diurétique

Riche en minéraux et notamment en potassium, l’aubergine est un diurétique naturel très efficace. Ce légume permet de détoxifier l’organisme et améliore efficacement les fonctions rénales. Elle est largement conseillée pour les personnes qui souffriraient de rétention d’eau, de sensations de jambes lourdes ou de ballonnements. De sa richesse en eau (92 %), l’aubergine tire une abondance remarquable de minéraux. Outre la quantité intéressante de magnésium et de zinc qu’elle apporte, elle a l’avantage d’être diurétique grâce à sa forte teneur en potassium (260 mg/100g) tandis que le sodium ne dépasse pas 3 mg. Des propriétés qui en font un légume adapté au régime sans sel et intéressant dans le cadre de l’hypertension artérielle.

Lutte contre le cholestérol

Différentes études ont montré que l’aubergine permettait de diminuer l’augmentation des lipides et du cholestérol sanguin. En gélifiant dans l’intestin, la pectine contenue dans l’aubergine capturerait les molécules de cholestérol. Sa consommation est donc recommandée notamment dans les régimes alimentaires destinés à régulariser la tension artérielle.

Anti-diabète

L’aubergine serait largement conseillée pour les diabétiques. En effet, ce légume inhiberait l’alpha-mylase pancréatique et l’alphaglucosidase, deux enzymes digestives qui transforment l’amidon en glucose. Ainsi, en freinant l’action de ces enzymes, consommer de l’aubergine ralentirait la digestion des glucides et limiterait l’élévation du sucre sanguin après le repas.