La noix de coco !

La noix de coco est originaire de Malaisie. Aujourd’hui, on en trouve dans toutes les zones tropicales d’Afrique aux Antilles. On ne sait pas si elle a été introduite par la main de l’homme ou par un phénomène de migration naturelle. En effet, Les noix de coco peuvent germer même après avoir flotté une centaine de jours dans l’océan, ce qui représente un voyage de près 5 000 km dans le cas de courants favorables. Découverte par Marco Polo au début du 14ème siècle, ce n’est que 200 ans plus tard que le monde occidental finit par la connaître.

coco

Un aliment bon pour votre santé

La noix de coco est à la fois protectrice et énergétique.

Elle contient énormément de vitamines et de sels minéraux. La noix de coco est riche en fibres (9,5 g/100 g).

La vitamine C assure la résistance des tissus aide le corps à assimiler le fer et facilite le métabolisme. Elle est présente en grande quantité dans le toddy frais et l’eau de coco, en moindre proportion le coco germé et le cœur de cocotier.

Les vitamines B1 et la niacine (vitamine B3) aident le corps à assimiler les glucides et à en retirer des calories. La vitamine B2 est nécessaire à la croissance et à la santé des yeux. Ces vitamines sont présentes dans la noix de coco fermentée et ses dérivées.

Enfin, on trouve également dans le coco des minéraux, tels que le potassium (380 mg/100 g) et le fer qui assure la santé du sang mais également en, magnésium, phosphore, cuivre et zinc.

Comment la consommer ?

L’huile de coco qui est en réalité une graisse (solide à température ambiante) est très populaire dans le mouvement paléo aux États-Unis. Toutefois, certains éléments doivent inciter à ne pas en abuser :

  • Elle peut remplacer partiellement ou entièrement le beurre ou les huiles végétales pour la cuisson des aliments. Comme toutes les huiles, il faut éviter de la faire fumer, car elle devient alors toxique.
  • Elle remplacera avantageusement les autres huiles dans la friture, car les aliments l’absorbent moins.
  • Les graisses de la noix de coco sont majoritairement des graisses saturées, principalement de l’acide laurique et de l’acide myristique. L’acide palmitique est très peu présent. Cette composition est très éloignée de celle des viandes consommées pendant des millions d’années. La graisse de la viande au Paléolithique était très riche en acide palmitique et pauvre en acides laurique et myristique. – historiquement, le début de la consommation de noix de coco est difficile à déterminer, cet aliment aurait pu n’être introduit que tardivement dans l’alimentation humaine.

La graisse de coco n’est probablement pas nocive, toutefois elle n’est pas consommée telle quelle dans les populations de chasseurs-cueilleurs mais avec le fruit et donc de l’eau, des fibres, des vitamines et des minéraux. Par conséquent, une consommation exclusive, ni en grande quantité n’est pas recommandée.

Pour en connaitre plus sur l’huile de coco thierrysouccareditions

L’eau de coco est un diurétique très bien supporté. Elle est extraite de la noix de coco pas encore mûre. Le fruit contient alors 50 cl d’un jus très peu sucré. L’eau de coco n’est pas plus miraculeuse qu’une eau minérale, mais elle a le mérite d’être originale. Vous le savez, il est important de boire au moins 1.5 litre d’eau par jour pour purifier l’organisme mais aussi bien hydrater votre corps. Si les eaux minérales apportent l’essentiel des oligo-éléments nécessaires à notre santé, elles peuvent vite devenir lassantes au niveau du goût. L’eau de coco vous permet de changer un peu la routine mais aussi de bénéficier de ses multiples vertus.

Le lait de coco est un liquide laiteux préparé à partir de pulpe de noix de coco râpée (fruit du cocotier). Il est parfois confondu à tort avec le jus présent dans le fruit, qui s’appelle jus de coco ou eau de coco. Il est constitué d’albumen liquide et blanc qui, dans le fruit mûr, forme l’amande. Le lait de coco est très utilisé dans la cuisine thaïlandaise, mais aussi malaisienne, indienne ou polynésienne. Bien que reconstitué, le lait de coco est très riche en fer, potassium et phosphore, également source de manganèse, cuivre, sélénium et zinc. Contrairement à l’eau de coco, le lait est très riche en lipides, essentiellement des acides gras saturés, ce qui donne un onctuosité et douceur aux plats qu’il intègre :

  • Dans les crèmes de légumes (par exemple, la crème de champignons)
  • Dans un flan : mettre la préparation à flan (oeufs, crème de coco et  miel) dans une petite courge bien jaune, nettoyée de ses graines et parties filandreuses. Cuire à la vapeur, laisser refroidir et découper en tranches. Voilà un dessert sain aux couleurs contrastées.
  • Dans l’arroz con coco du Panama : cuire du riz dans du lait de coco en ajoutant, si désiré, des raisins secs. Édulcorer avec du sirop d’érable ou du miel.
  • Fruits pochés : cuire à petit feu des morceaux d’ananas ou d’autres fruits tropicaux dans du lait de coco assaisonné, si désiré, d’un peu de piment, de graines de moutarde rôties et de curcuma.
  • Ragoûts : en Inde et en Thaïlande, le lait et la crème de coco entrent dans la composition de nombreux ragoûts de viande ou de légumes.

Si on n’en abuse pas, grâce à sa teneur en fibres, le lait de coco peut être un moyen efficace pour aider à contrôler le poids. Les matières grasses dans le lait de coco augmentent aussi le métabolisme et, lorsqu’il est intégré dans un régime pauvre en calories, il contribue à la perte de poids.

La farine de coco a un faible index glycémique et est idéale pour les menus à faible IG | 35. Elle est aussi une source intéressante de protéines : la farine de coco en contient autant que la farine de blé, mais elle ne contient pas de gluten. C’est un grand avantage pour ceux dont l’intolérance au gluten ou l’allergie au blé limite l’accès à de nombreuses préparations alimentaires.

Pour obtenir la farine de coco, on extrait la chair de la noix de coco, puis plusieurs opérations s’ensuivent :

– elle est d’abord séchée
– puis dégraissée par pression
– et pour finir, elle est finement broyée, et prend ainsi la forme d’une farine.

Elle contient donc toutes les fibres de la chair de la noix de coco, mais sa contenance en acides gras est moindre, comparée à l’huile de coco ou au beurre de coco.

Comme elle est sans glutensans cholestérol, les personnes intolérantes, ou sensibles peuvent la consommer. Les végétariens & végétaliens noteront qu’elle contient 20 % de protéines, et contient les 8 acides aminés essentiels.

Elle est pauvre en sucres rapides (14% contre environ 70% pour les autres farines qui contiennent en plus de l’amidon). Elle est donc idéale pour ceux qui font attention à leur taux glycémique sanguin (diabétiques, ceux qui cherchent à perdre du poids…).

C’est un produit extrêmement riche en fibres : entre 45 à 60 g / 100 g de produit – plus que le son de blé (30 gr), les graines de chia (30 gr), les graines de lin (35 gr), le son d’avoine (16 gr), ou les pruneaux (16 gr). Grâce à cette caractéristique, la farine de coco aide au transit intestinal, joue un rôle dans une hygiène de vie qui a pour but de réduire le cholestérol, et aide à accélérer la sensation de satiété (dans le but de manger moins, si l’on apprend à écouter son ressenti, plutôt que ses envies).

La farine de noix de coco ne contient pas d’acide phytique (une substance présente dans les farines de céréales, et qui entrave l’absorption des minéraux présents dans les farines).

Elle est riche en sélénium, un oligo-élément intéressant pour son pouvoir anti-radicalaire élevé. 10 gr de farine de coco apportent 21% des Apports Journaliers Recommandés (pour un adulte).

Le manganèse est très présent dans la farine de coco. Cet oligo-élément a un rôle de cofacteur d’un grand nombre de nutriments, notamment les vitamines B8, C, B1, et surtout la SOD (Super Oxyde Dismutase) : une enzyme au très grand pouvoir anti-radicalaire.

La farine de coco contient du fer en petite quantité. Cet oligoélément ne peut être synthétisé (fabriqué) par notre organisme : notre alimentation doit donc couvrir nos besoins en fer. Une grande partie du fer se trouve dans notre hémoglobine (sang), où il joue un rôle de transporteur d’oxygène (les atomes d’oxygène s’accrochent à lui). Un apport de vitamine C permet d’augmenter l’absorption du fer par notre organisme.

L’enveloppe de la noix de coco verte après transformation est utilisée comme anti-hémorragique, anti-infectieux (plaies de corail par ex), et antidiarrhéique.

La coque ligneuse sert à faire un charbon végétal de très bonne qualité, absorbant les gaz intestinaux toxiques et certaines toxines bactériennes présentes dans le système digestif.

Les racines écrasées, employées en infusion, sont diurétiques. En décoction elles calment les troubles dysentériques graves et aussi les troubles digestifs secondaires dus à l’intoxication par la chair de poisson.

Pourquoi en mettre dans votre assiette ?

Parce que :

  • Sa chair donne du croquant aux salades de fruits et aux autres desserts.
  • Son lait et sa crème parfument de nombreux plats salés ou sucrés.
  • Son huile est très utile en cuisine.

Mais surtout :

  • Elle est très riche en fibres alimentaires.
  • Elle regorge d’éléments nutritifs, dont le fer, le manganèse et le cuivre.