Ne pas subir !

9784_10152560843246872_1408643335784053528_n

Durant les années Minimes, Cadets et Juniors, l’adolescent est secoué par les transformations pubertaires, le jeune traverse une crise de fragilisation organique, c’est la période de la poussée rapide de la croissance. Les modifications hormonales s’effectuent, par exemple dans un premier temps l’hormone de croissance favorise le développement de l’enfant et synthétise les protéines, dans un deuxième temps, la testostérone augmente l’anabolisme protéique et stimule le travail musculaire. Cela explique non seulement la croissance mais aussi le développement de la masse musculaire, donc de la force et celui des potentialités physiologiques. Ses qualités physiques s’affirment, c’est l’âge de la détection et de l’orientation, par l’amélioration du VO2Max (volume maximal d’oxygène consommé) qui augmente très rapidement.

Bien que 75% du VO2Max soit génétiquement définit, durant cette période il va doubler en quatre ans, surtout s’il est bien sollicité. Nous ne pouvons donc en améliorer que 25%, c’est peu et beaucoup à la fois. Si la planification est mal construite et que l’entraînement est mal conduit durant cette période nécessaire pour gagner les 25% possible, le potentiel physique maximal ne sera jamais développer. Après il sera trop tard.

Pour progresser, il faut repousser les limites des différentes qualités physiques le plus souvent possible et cela durant toute l’année :

  • Il faut apprendre à rouler en Endurance Fondamentale (entre 130 et 150 Bat/mn) le plus longtemps possible une à deux fois par semaine.
  • Il faut apprendre à résister longtemps dans une échappée en compétition en roulant autour de 40km/h pendant 15mn à 1h.
  • Il faut apprendre à rouler vite seul comme dans un CLM à environ 45km/h, ou à plusieurs comme dans un CLM/équipe à environ 50km/h, sur une durée de 10 à 20 minutes.
  • Il faut apprendre à rouler le plus vite possible comme un poursuiteur à environ 50km/h en attaquant seul lors du dernier Km, pour s’imposer en solitaire en esquivant le sprint massif.
  • Il faut apprendre à réaliser des accélérations, des démarrages, des attaques sur le plat et dans les côtes et de réaliser des sprints d’arrivée en cherchant à aller le plus vite possible.

Il ne faut pas refuser le combat face à vos adversaires, mais au contraire, il faut profiter de cette confrontation pour développer vos capacités. Sinon les années passent et vous ne rattraperez jamais le temps perdu pour développer vos qualités physiques, vous n’évoluerez donc jamais au meilleur niveau que vous auriez pu évoluer.

« On ne nait pas champion, on le devient !»