Le vélo…

La directive 2001/95/CE de la Commission Européenne relative à la sécurité des produits propose comme définition de bicyclette :

« un véhicule à deux roues propulsé

exclusivement ou principalement

par l’énergie musculaire du cycliste. »

Une bicyclette (aussi appelé un bicycle en Amérique du Nord), ou un vélo (abréviation du mot vélocipède), est un véhicule terrestre, entrant dans la catégorie des cycles, composé de deux roues alignées (d’où le nom « bicyclette »).

La force motrice est fournie par son conducteur (appelé « cycliste »), en position le plus souvent assise, par l’intermédiaire de deux pédales entraînant la roue arrière par une chaîne.

principeVélo

Principe de fonctionnement.

La bicyclette est l’un des principaux moyens de transport dans de nombreuses parties du monde. Sa pratique, le cyclisme, constitue à la fois un usage quotidien, un loisir populaire et un sport.

La roue avant est directrice ce qui permet l’équilibre. Son orientation est commandée par un guidon. Le cycliste a souvent les deux mains en contact du guidon afin de contrôler la trajectoire, le freinage ainsi que le passage des vitesses.

En ville, on roule en moyenne à 15 km/h. Les adultes se déplacent à environ 16 à 30 km/h sur le plat sur un vélo debout sans carénage. Sur un vélo de course rapide, un cycliste entraîné peut atteindre environ 70 km/h sur un parcours horizontal, durant de courtes périodes (sprints). Le record pour les véhicules à propulsion totalement humaine sur le plat, obtenu en vélo couché à carénage, est 133,28 km/h, sans utiliser de véhicule ouvreur servant d’écran aérodynamique, a été atteinte par Sam Whittingham en 2009.

velo00

Éléments composants la bicyclette.

La bicyclette ne dispose que de deux points d’appui au sol : elle se trouve nécessairement en équilibre instable. On parle d’équilibre métastable, car le passage de la position d’équilibre temporaire à une position de déséquilibre perceptible est relativement lent.

Les principales forces en action sont :

  • la gravitation, qui tend à attirer le vélo vers le sol ;
  • la force centrifuge, qui lorsque le vélo vire, tend à le redresser vers l’extérieur du virage.

L’équilibre est maintenu dynamiquement par les actions du cycliste, qui s’emploie à toujours redresser sa machine en la faisant tourner légèrement dans la direction où elle commence à tomber.

Le cycliste jongle donc en permanence entre ces deux forces pour compenser les effets de l’une avec l’autre et réciproquement. Il est aidé en cela par la chasse du vélo : il s’agit de la distance entre l’intersection de l’axe de la fourche avec le sol et du point de contact de la roue avant au sol. En effet, l’axe de la fourche est incliné de manière que son intersection avec le sol se trouve en avant du point de contact de la roue avec le sol. Ainsi, si le vélo est penché d’un côté, la roue avant va être forcée à se placer de manière à faire tourner le vélo du même côté, engageant ainsi un virage tendant à équilibrer cette inclinaison.

 Pour allez plus loin  Wikipedia-logo-v2.svg

Véritable bijoux de technologie, les machines d’aujourd’hui s’inspirent de plus en plus de la haute technologie.

17884305_1477039099007077_2285021784346784039_n

Slick by Factor Bikes…un adn issu des techniques aéronautiques !